1er Apéro Santé Ajmed : Découvrir la médecine de demain

Stéthoscope intelligent, gant virtuel, échographe portable… : la médecine de demain était le thème de notre 1er Apéro Santé qui s’est tenu le 11 mai 2017. L’objectif : découvrir ces nouveaux objets pour ne pas être largué, et mieux cerner, avec l’éclairage de nos invités, les enjeux de leur utilisation.

 

 

 

Café Santé Médecine de demain photo 1

 

 

Depuis 2010 sont apparus des objets connectés et  des web app qui permettent de se soigner (un peu) soi-même. La médecine 2.0 (les forums) et la médecine 3.0 (les systèmes experts d’aide à la décision) ont suivi. Résultat : les données de santé s’accumulent, se partagent. Bientôt l’intelligence artificielle va envahir leur interprétation, la robotique et la réalité augmentée vont révolutionner la médecine par une nouvelle approche du corps. Et sans doute, à terme, de l’esprit. On est donc face à un changement important : ce n’est plus forcément le seul médecin qui analyse, palpe, et interprète, mais aussi les machines, avec des capteurs adaptés, qui ne feront que se développer. Faut-il s’y opposer, accompagner, craindre ces changements ? Où en est-on concrètement ?

 

Pour en parler, 3 invités (de droite à gauche) :

. Dr Loïc Etienne, Président de Medical Intelligence Service, concepteur de MEDVIR, intelligence artificielle d’aide à la décision.

. Fabienne Ostermeyer, Directrice de la communication de Visiomed (Assistant personnel de santé Bewell Chek-up).

. Benjamin Choukroun, Président de Smoke Watchers, application d’aide au sevrage tabagique.

 

Café Santé Médecine de demain photo 3 

 

Loïc Etienne rappelle quelques définitions :

La médecine 1.0 permet de lire des informations sur internet.

La médecine 2.0 permet des interactions, par exemple via des forums.

La médecine 3.0 ajoute des interactions avec une machine intelligente dans sa relation à l’homme. C’est le principe du partage d’info, au même titre qu’une application comme Waze qui permet d’éviter les bouchons.

La médecine 4.0 met en dialogue des machines entres elles indépendamment de l’homme. Ainsi, deux frigos 4.0 ne se contenteraient pas de savoir qu’il vous manque des yaourts. Ils communiqueraient avec les frigos de vos voisins pour lancer un achat groupé de yaourts au moment où les prix sont intéressants, sans besoin de votre intervention…

 

En santé, cela donne : avec vos chiffres de tension, l’évolution de votre poids, de votre température, de vos habitudes alimentaires, etc., possibilité de vous donner des conseils de santé ou de prendre des décisions « bonnes pour vous » sans vous. Effrayant ? Infantilisant ? Sommes-nous déjà dans ce système sans le savoir ? Les garde-fous éthiques sont-ils en place ? C’est l’objet de discussions.

 

Les applications sont prêtes pour 2020, assure Loic Etienne. Et cela va très vite. 1998 pour les premiers scans d’information de santé, 2007 pour les premiers comptages de pas etc. via les smartphone… Loic parle d’émancipation des patients.

Que deviennent toutes ces données –big data – que nous partageons souvent sans y penser ? Entre des mains bienveillantes, elles peuvent permettre une fois croisées de pointer que les personnes vivant près des lignes à haute tension ont en effet plus de troubles de santé de tel et tel type. Ou de réagir vite si aucun mouvement de vie (via les capteurs des toilettes ou de l’ouverture du frigo) n’est décelé chez une personne âgée. Des milliards de données attendent ou sont en train d’être analysées, c’est désormais incontournable, il faut s’y faire, affirment nos intervenants. Le big data qualifié est appelé smart data, il s’agit d’une intelligence artificielle qui va bouleverser notre vie. Les robots intelligents sont en plein développement, le grand rassemblement annuel « Consumer Electronic show » de Las Vegas en met plein les yeux chaque année. Rappelons qu’il suffit de croiser trois bases de données pour repérer à coup sûr une personne. Notre corps est devenu transparent, nos habitudes aussi.

Demain, nous vivrons avec des « lifevest » pour dépister un trouble cardiaque ou un cancer, les logiciels sont plus fiables que l’homme pour lire un IRM ou un rythme cardiaque, prendre une décision médicale en n’oubliant aucune bonne question, y compris pour des soins palliatifs.

Reste à avoir confiance dans le système, mais n’est-ce-pas déjà le cas pour les analyses de sang sans que cela nous émeuve ?

 

Fabienne Ostermeyer présente le système Visiomed. L’application ouverte permet d’analyser des données de santé (via glucomètre, tensiomètre, thermomètre…) passées au prisme d’un profil (âge, sexe.. ) pour des conseils personnalisés (faut-il emmener mon gamin aux urgences ou pas ? possibilité d’entrer en contact avec un médecin en ligne pour 14 euros) mais aussi, grâce à ces données anonymisées, de repérer des tendances (la température moyenne des habitants de Porcheville est différente de la moyenne française).

Discussion autour de la télémédecine (obligatoire à Dubai pour éviter la bobologie). Un élément de solution en cas de désert médical ? En Scandinavie, où les distances avec les centres de santé peuvent être grandes et les problèmes de météo extrêmes, elle est depuis dix ans plus utilisée que chez nous, avec remboursement sécu, etc…

 

Benjamin Choukroun présente une application destinée à lutter contre le tabagisme. Le taux de rechute est très élevé : 90%. L’entraide et l’accompagnement peuvent permettre d’en sortir. L’application mesure la quantité de cigarettes fumées, la fréquence etc… et propose un coach virtuel en fonction du comportement du fumeur, et possibilité de se connecter (réseau social) avec un médecin ou un ami pour obtenir un soutien de motivation ; une façon de contourner le point faible de Tabac Info Service : l’absence de suivi entre deux contacts. Un système de notification est mis en place. L’intelligence artificielle permet de faire intervenir la bonne personne au bon moment. 25 000 personnes font partie de la communauté. Le système est soutenu par des mutuelles qui veulent aider les salariés à lâcher le tabac. Intéressant dans des services hospitaliers, par exemple en cancérologie, où seuls 3% des malades bénéficient d’un suivi de sevrage tabagique.

 

Un grand merci à Dominique Pierrat, qui a animé cette discussion passionnante, à Agnès Duperrin, qui en a fait le compte-rendu et à Rica Etienne, qui a trouvé le lieu de ce premier Apéro Santé (le Baker Street Pub – 9, rue des Boulangers, 75005 Paris).

 

 

Nos Apéros santé ont deux objectifs :

- Découvrir une initiative, un domaine, ou de nouveaux objets pour ne pas être largué.

- Se réunir pour entretenir les liens entre les membres de notre profession et ceux qui gravitent autour  de cette grande famille des journalistes médicaux.

Objectifs atteints pour cette première édition qui a rassemblé une vingtaine de participants.

 

Café Santé Médecine de demain photo 2 Café Santé Médecine de demain photo 4 Café Santé Médecine de demain photo 6 Café Santé Médecine de demain photo 7 Café Santé Médecine de demain photo 8 Café Santé Médecine de demain photo 10